20 octobre 2014

2 Commentaires

Notre intuition, comment la « voir », l’ « écouter », la « sentir » !

Bonjour à Toutes et Tous :)

Notre intuition !

Beaucoup en parlent, et peu connaissent la manière de la « voir », l’ « écouter », la « sentir » :)

Commençons par le début, comment voir, écouter, sentir notre intuition ?

En prenant juste un peu de temps, sur un moment qui a été vécu comme désagréable !

Juste avant ce moment désagréable, nous avons été « informé »…

De quelle façon ?

Ça, c’est selon chacun, soit c’est par une « migraine » subite, soit c’est par un « mal au ventre » tout aussi subit, soit par une autre « douleur » toujours aussi subite, et, surtout, qui s’efface tout aussi subitement, le moment désagréable vécu !

Cependant, nous nous apercevons, nous constatons cela, qu’en prenant un peu de temps et en « examinant » le moment désagréable, qui en définitif parait désagréable, que sur le moment où nous le vivons :)

Notre intuition nous avertit à chaque moment « désagréable » , petit ou grand… que nous allons vivre !

C’est à nous d’en prendre conscience et de se mettre à son écoute, ainsi, nous aurons la chance de passer à coté des « petits cailloux » qui peuvent parsemer le chemin de notre Vie, sans oublier qu’avec ces  »petits cailloux », nous avons la possibilité de construire de bien belles « choses » :D

Celles et Ceux qui souhaitent faire partager leur moment d’intuition, sont  bienvenue :)

Belle Journée Ensoleillée :D

LeBlogDesBonnesQuestions
 

20 juin 2014

0 Commentaire

Pour quelle raison, avec… S !

Bonjour à Toutes et Tous :)

Préambule
J’emploie le tutoiement par cordialité (cordialité signifie : qui vient du coeur) sans oublier le respect de l’Autre, la lectrice ou le lecteur !
Les  »  » guillemets sont là pour indiquer que le mot est peut-être pris, dans un sens moins restrictif que sa définition, tout comme les … fameux points de suspensions… 
Bien entendu, je comprends que cela puisse te déplaire, et que tu sortes en courant… c’est loin… très loin d’être grave, car il y a d’autres choses dans la Vie, qui le sont !

Pour quelle raison mets-je un S, lorsque j’écris à l’impératif le verbe chanter : « chantes ! » ?

Pour la simple et bonne raison, que je considère qu’il y a une erreur, qui remonte à… ? mystère et bulle de gomme ;)

Là n’est pas la question… pour savoir le pourquoi je m’insurge contre ce que je considère une erreur, c’est de mettre le verbe, au pluriel !

Avec l’exemple que j’ai pris, le verbe chanter, au singulier certains veulent nous faire croire qu’il s’écrit à l’impératif « chante », et qu’au pluriel, il devient comme par magie à la seconde personne du pluriel « vous » : chantez !

Or, lorsque je m’adresse à une personne et que je lui donne un ordre « impératif » comme le verbe « chanter », si je la connais, je l’interpelle en lui disant : chantes !

Et, si elle m’est inconnue, je lui indique : chantez !

Tu me suis toujours… ? :)

Je continue ma démonstration :)

Puisque je connais cette personne, je peux aussi lui dire : « tu chantes ! »

M’étant inconnue, je peux lui dire : « vous chantez ! »

Donc, à mon humble… très humble avis, cette règle est inexistante, et avait peut-être une raison d’exister, toutefois, elle est devenue obsolète à ce jour !

 

 

Certains m’ont fait remarquer ma soit-disant erreur… en argumentant sur le S euphonique, très bonne idée, tu vas comprendre plus loin ;)

Avant d’aller plus loin, je donne la définition du terme euphonique, tirée de http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/euphonie

XIVe siècle. Emprunté, par l’intermédiaire du bas latin euphonia, « douceur de prononciation », du grec euphônia, deeu-, « bien », et phônê, « voix, son ». Harmonie de sons agréablement combinés, par opposition à Cacophonie.LINGUIST. Qualité des combinaisons de sons considérées comme agréables à entendre ou faciles à prononcer.L’élision et la contraction de l’article défini peuvent s’expliquer par la recherche de l’euphonie.

Complété (de nos cousins Québécois, Amitiés à Eux ;) )   par http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?T1=s+euphonique&T3.x=7&T3.y=12  qui indique que devant les pronoms en et y, il faut mettre un S… !!!

Pour quelle raison faire simple, lorsque nous pouvons faire compliquer ? !!!

 

 

Voilà, tu as compris, pour toutes ces règles qui aiment à se contredire, faire injure à la comprenette… je continuerai, à mettre un S, à l’impératif singulier !

 

Cordialement

LeBlogDesBonnesQuestions

19 mai 2014

3 Commentaires

Pour quelle raison, « on » est-il utilisé ?

Bonjour à Toutes et Tous :)

Préambule
J’emploie le tutoiement par cordialité (cordialité signifie : qui vient du coeur) sans oublier le respect de l’Autre, la lectrice ou le lecteur !
Les  »  » guillemets sont là pour indiquer que le mot est peut-être pris, dans un sens moins restrictif que sa définition, tout comme les … fameux points de suspensions… 
Bien entendu, je comprends que cela puisse te déplaire, et que tu sortes en courant… c’est loin… très loin d’être grave, car il y a d’autres choses dans la Vie, qui le sont !

 

Pour quelle raison « on » est-il utilisé en lieu et place de « je », ou « nous », les principaux pronoms personnels remplacés ?

A force d’entendre ce pronom, employé de n’importe quelle manière et surtout « mal t’à propos »…   une arrière pensée m’est venue… je l’indiquerai en fin de page…

Un rapide tour dans les dicos, du plus récent, au plus ancien, pour vérifier les définitions proposées :

le-dictionnaire.com (abréviation dico.com) http://le-dictionnaire.com/

ON

  1. pronom personnel 3e personne du singulier
  2. sujet indéfini de la troisième personne du singulier, invariable
  3. une ou plusieurs personnes indéterminées
  4. les gens, l’opinion publique
  5. les hommes en général, tout le monde
  6. familièrement remplace « je », le locuteur
  7. familièrement remplace « nous », le locuteur et son groupe
  8. familièrement remplace « tu » ou « vous », l’interlocuteur
 
 
Puis le Petit Larousse 1905 : http://dictionnaire1905.u-cergy.fr/ 

ON

(corruption du lat. homo, homme)

pron. indéf. masc. sing. désignant d’une manière vague une ou plusieurs personnes.

(Le pron. on est en général du masc. sing., mais il peut représenter le fém. et le plur., ce qui a lieu quand le sens de la phrase indique clairement que l’on parle d’une femme ou de plusieurs personnes : ex. : on devient patiente quand on est maman ; en France, on est tous égaux devant la loi.) N. m. On dit, bruit vague, chose qui se dit, qui est répétée de bouche en bouche : n’écoutez pas les on dit.

 

Sur ce dernier dico, j’apprécie « l’étymologie », qui viendrait… d’une « corruption de l’homme »…

Sa définition est intéressante : pronom indéfini masculin singulier, alors que sur dico.com, c’est directement un pronom personnel !

Or, tant qu’il est utilisé de cette façon indéfinie, je trouve normal de le laisser « indéfini », qui est plus juste !

 

Je garde en mémoire les paroles d’un « bon » professeur de français, en seconde « technique » à Elbeuf, Seine Maritime, vers 1970, qui nous rappelait que le on, ne devait s’employer qu’exceptionnellement et pour bien marquer nos esprits, sa phrase magique… on est un con !

Ce qui signifie, que la majorité de toutes celles et tous ceux que j’entends, à la télé, la radio ou dans la vie de tous les jours, n’a pas eu cette belle éducation… :)

A lire le dico.com, « on » représente : je, tu, elle/il, nous, vous, elles/ils !!!

Mais alors, pour quelle raison indiquer dans sa 2ème définition : sujet indéfini de la troisième personne du singulier, invariable !!!

Je vais chercher des poils sur les oeufs… :P

 

Jusqu’à présent, j’ai nullement entendu, que cela soit dans mon entourage ou dans les médias, une personne qui avait eu cette approche pour ce tout petit pronom… sauf, si une arrière pensée, n’était intervenue pour indiquer que, non seulement « on est un con », mais qu’en plus, ce sont nos gouvernants, à priori « instruits »… j’ai écrit instruits, et non intelligents (ce qui est totalement différent… :) et qui plus est, je l’ai mis entre guillemets pour lui enlever sa définition première…) qui emploient ce pronom à tour de bras…

 

Ainsi, au lieu de dire :

« j’ai fait ceci… » ou, « nous avons fait ceci… »

ou bien cela (si ceci te déplaît :P ) il va simplement dire :

« on a fait ceci… » diluant ainsi toute sa responsabilité et celle de son « équipe », derrière ce… on !

Voilà… ayé… tu commences à comprendre l’arrière pensée, qui incite à utiliser le « on », à la place des différents pronoms personnels définis :)

 

Malheureusement, comme « ils » montrent l’exemple, la majorité des moutons a embrayé derrière eux… et il devient « impossible » d’entendre une discussion, un discours, un entretien sans que les intervenants emploient « mal-t-à propos » le fameux  » …  » (je te laisse deviner… )

 

Cependant, si tu t’arrêtes à cette lecture, puis que tu l’oublies, à quoi servirait cette page ?

A rien !

 

Toutefois, si Toi aussi faisait l’effort, du moins au début, cela deviendrait vite une « nouvelle habitude », de te corriger dans tes propos, écrits et verbaux, cette page aura été utile :)

A Toi, Lectrice, Lecteur, de lui donner son utilité, et faire la nique (non pas dans le sens de mépriser, se serait me contredire, et contredire mon préambule, mais de se moquer, voir Larousse 1905) à nos gouvernants de tous poils…

 

Elle est pas belle la Vie… :)

Belle journée Ensoleillée :)

 

Cordialement

LeBlogDesBonnesQuestions

22 mai 2010

2 Commentaires

Le poids des mots en… PHOTO !

Je viens de recevoir un courriel parlant du vrai sens des mots en photos, et constatant que les photos étaient ressemblantes, je te les fais partager, Cher(e) Lectrice/Lecteur, comme à mon habitude Sourire

 

Amour

amour.jpg

 

 +++++

 

Innocence

innocence.jpg

 

+++++

 

Lumière… dans la nuit !

solitude.jpg

+++++

 

Musique

musique.jpg

+++++

 

Amitié

amiti.jpg

+++++

 

Musique

musique2.jpg

+++++

 

Délivrance

delivrance.jpg

+++++

 

Divin

divin.jpg

+++++

 

 

« La vie n’est pas d’attendre que les orages passent…


C’est apprendre comment danser sous la pluie. »

Merci à Florence pour son courriel que je viens de transformer, un peu… !

 

Cordialement

LeBlogDesBonnesQuestions

6 avril 2010

0 Commentaire

Coline Serreau s’est posée les bonnes questions !

Coline Serreau s’est posée les bonnes questions et y a répondu dans le film qu’elle sort le 07 Avril 2010 !

http://www.solutionslocales-lefilm.com/

J’ai écouté son entretien sur France2 édition de 13h00, ainsi que visionné quelques extraits au journal, sur son site, et son discours est cohérent, ou me semble cohérent, ainsi j’évite de t’influencer, Chère Lectrice – Lecteur

Cordialement

LeBlogDesBonnesQuestions

 

1 janvier 2015

0 Commentaire

Je n’aime pas… c’est pas bon !

Bonjour à Toutes et Tous :)

Nos enfants s’expriment, lors d’un choix sur un aliment dans un repas, ou autre chose… par :

« C’est pas bon ! »

« C’est bon ! »

Nous, que devons nous en penser ?

Cet aliment est-il vraiment « pas bon »… « bon »… ?

Ou tout simplement, détestent-il ou aiment-ils cet aliment ?

C’est bien entendu ces dernières propositions qui sont les bonnes : ils ont détesté ou aimé cet aliment :)

 

C’est à nous, Parents, de leur faire comprendre la différence entre « j’aime », « je déteste » et « c’est bon » et « c’est pas bon » !

Car, il peut être bon pour quelqu’une (ou un) et une autre personne peut très bien le détester… !

Merci d’avoir suivi ce p’tit encart :)

Belle journée Ensoleillée

LeBlogDesBonnesQuestions

17 novembre 2014

0 Commentaire

Pour quelle raison, sans… S !

Bonjour à Toutes et Tous :)

Préambule
J’emploie le tutoiement par cordialité (cordialité signifie : qui vient du coeur) sans oublier le respect de l’Autre !
Les  »  » guillemets sont là pour indiquer que le mot est peut-être pris, dans un sens moins restrictif que sa définition, tout comme les … fameux points de suspensions… 
Bien entendu, je comprends que cela puisse te déplaire, et que tu sortes en courant… c’est loin… très loin d’être grave, car il y a d’autres choses dans la Vie, qui le sont !

 

Pour quelle raison, dans la majorité des publicités, et même sur les paquets d’aliments, ayant contenu un ingrédient en quantité, et que la mode souhaite diminuer, comme le sucre, le sel, etc… à tort ou à raison… certains s’escriment à écrire ce manque au pluriel… ?

A ce que je constate, toujours les mêmes certains… ont oublié la règle, très simple celle là, que lorsque nous écrivons sans sucre, sans sel, sans etc… puisqu’il que le sucre, le sel, sont inexistants, ils s’écrivent au singulier, et non au pluriel !

Après, que les dico acceptent cette erreur, c’est entraîner le lecteur à moins de compréhension… ce que je refuse !

Cordialement

LeBlogDesBonnesQuestions

12345...9

Blog rémi gaillard |
Le résumé des meilleurs con... |
Code Promo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lastucieux
| Petit Journal de Lattes
| robertini12